mykhailoshyna@gmail.com

Est-ce que en soupirant toujours nous n’invitons pas dans notre vie les forces d’au-delà? Et en général, en pensant de quelque chose est-ce que nous n’attirons pas ceci, est-ce que nous ne l’appelons pas? Nos ancêtres savaient qu’en parlant de la misère c’est la même chose qu’en inviter chez soi… Et même en s’écriant « Oh Mon Dieu! Pourquoi! » nous ne l’appelons pas. Parce que le divin ne va pas de pair avec le chagrin. Dieu incarne la joie, la gratitude, la foi sincère à son amour, pas le désespoir. Et voici le conte : Un vieil homme s’assoit sur la souche en disant « Okh!* » et puis il lui dit qu’il ne l’a pas appelé. Et s’il l’avait appelé ? Et s’il l’avait appelé volontairement ? Nos ancêtres connaissaient beaucoup plus la magie qui remplissait le Monde, ils étaient plus proche de lui. Et donc, est-ce qu’il a décidé que si il n’y a personne sur la Terre qui pourrait éduquer son fils, peut-être que les forces souterrains vont aider? Oh trois fois fait brûler le garçon pour purifier son âme afin qu’elle brille. Et à la même manière la flamme du dévouement purifie l’âme humaine en la libérant de la cendre de la tentation. C’est ainsi qu’un peintre brûle soi-même dans sa création. Parce que cette flamme vient du cœur en dévoilant l’âme pour qu’elle s’approche de Dieu…

* une exclamation de la fatigue en général mais dans ce conte c’est aussi le nom du roi d’un monde d’au-delà

  • Titre: Okh
  • Dimensions: 40 x 40 cm
  • Matériaux: toile sur le carton / couleurs à l'huile
  • Années: 2014 - ‘16